Logo Kriss-Laure

Effort physique : attention aux troubles de la fonction digestive

04/06/2020


Chez tous les êtres vivants, le système digestif assure la fonction fondamentale de digérer les aliments, pour en libérer les nutriments nécessaires à l’organisme : protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux, oligo-éléments, etc.
L’exercice physique, quelle que soit son intensité, correspond à une situation particulière pour l’organisme : les muscles sont très sollicités pendant une certaine durée, conduisant à des besoins nutritionnels très particuliers avant, pendant et après cet effort physique.
Ainsi, le système digestif doit donc pouvoir répondre à cette situation physiologique particulière, en assurant la disponibilité des nutriments ingérés avant, pendant et après l’exercice physique.


Parce que le système digestif dans son ensemble est extrêmement sollicité, et que l’organisme concentre son attention sur les muscles qui répondent à l’effort, la fonction digestive peut être altérée au cours de l’effort physique.
Ces troubles, communément rassemblés sous le terme « pathologies digestives dues au sport », sont cependant méconnus du grand public : ils affectent aussi bien l’athlète entraîné que le joggeur du dimanche souhaitant maintenir un certain état de forme.
L’ensemble de l’appareil digestif, de l’estomac aux intestins, peut être impacté par ces troubles dont la prévalence exacte demeure mal cernée.


A l’effort, le flux sanguin est orienté en priorité vers cet effort (fonction musculaire, pulmonaire, cardiaque) et est donc moins disponible pour les fonctions de digestion. En temps normal, 25 % du débit cardiaque est orienté vers le tractus digestif ; à l’effort, ce débit peut tomber à 3 % seulement du débit cardiaque, ce qui réduit la fonctionnalité digestive.
D’autre part et indépendamment de l’effort fourni, les femmes seraient plus sujettes à ces troubles digestifs. Même si les troubles digestifs surviennent chez les sportifs expérimentés, l’entraînement peut néanmoins réduire la gravité et/ou la fréquence de ces troubles. Enfin, le stress des compétitions est un élément à prendre en compte : cet élément est très bien mis en évidence chez les marathoniens.


En suivant l’appareil digestif, l’œsophage et l’estomac sont les premiers concernés par les troubles liés à l’exercice physique. Le pyrosis, ou brûlure d’estomac, qui peut se caractériser par un reflux au niveau de l’œsophage, est souvent rapporté. Cela serait lié à une moindre vidange gastrique (c’est-à-dire que l’estomac se vide moins bien) et à une moindre déglutition salivaire.
Tous les sports sont potentiellement concernés, même si l’intensité de l’exercice semble avoir un impact.
Au niveau gastrique, les nausées et vomissements sont les troubles les plus fréquemment rapportés par les athlètes. Là aussi, le lien avec la vidange gastrique est démontré. Les caractéristiques des aliments et boissons prises pendant l’effort peuvent aussi avoir un rôle à jouer : des boissons froides peuvent ainsi occasionner des spasmes de l’estomac, conduisant à des nausées.


Les troubles digestifs bas sont encore plus fréquemment rencontrés que les troubles digestifs hauts. Il s’agit en particulier des douleurs abdominales, mais aussi des envies impérieuses de défécation et des diarrhées.
La diminution du flux sanguin vers le système digestif conduit à une modification de la vitesse de vidange gastrique et intestinale, expliquant certains troubles. Le fait de pédaler, ou de courir, provoque au fur et à mesure de l’effort des contraintes mécaniques sur le système digestif, provoquant là aussi une modification de la vitesse de vidange.
Plusieurs études mettent enfin en évidence des modifications de la perméabilité intestinale : ceci concerne en particulier les glucides, qui restent au sein de l’intestin et peuvent provoquer des diarrhées.

Et les produits Kriss‑Laure ?


L’équipe de nutritionnistes et ingénieurs de Kriss‑Laure a développé une gamme de boissons spécifiquement étudiée pour répondre aux besoins de l’organisme du sportif qui est en train de produire un effort : la gamme Krissport. Justement dosée en glucides et électrolytes, cette boisson permet de favoriser l'hydratation, ce qui est central pour le confort du sportif et peut avoir un impact sur sa digestion.
Il est fortement conseillé de reconstituer votre Krissport avec de l’eau à température ambiante afin de vous éviter des crampes d’estomac.

Bibliographie Bronstein, J. A., Caumes, J. L., Richecœur, M., Lipovac, A. S., Viot, E., & Garcin, J. M. (2005). Pathologies digestives dues au sport. EMC-Hépato-Gastroentérologie, 2(1), 28-34. Istace, I., & Stévens, L. (2018). Sport et risque nutritionnel. Journal de Traumatologie du Sport, 35(3), 163-167. Watelet, J. (2008). Manifestations digestives chez le sportif. La lettre de l’hépato-gastroentérologue, 5, 170-176. Watelet, J. (2011). Troubles digestifs du sportif. Science & sports, 26(2), 111-115. Watelet, J., & Bigard, M. A. (2005). Troubles hépato-digestifs du sportif. Gastroentérologie clinique et biologique, 29(5), 522-532.