Logo Kriss-Laure

Les superaliments

12/06/2020

Les « superfood » ou « superaliments » en français sont partout sur les blogs de nutrition et dans les rayons des magasins spécialisés. Mais que se cache-t-il derrière cette appellation ?

Carte d’identité des superaliments


On entend par « superaliments » des aliments dotés de caractéristiques nutritionnelles qui les rendent particulièrement intéressants pour la santé. Au départ, il s’agit de « raconter une histoire » autour de certains produits, initialement les « superfruits » venus d’ici ou d’ailleurs comme les baies de goji, la myrtille ou la grenade. Ce concept englobe à présent une grande diversité de produits comme des épices (curcuma…), des algues (spiruline…), des graines (chia, chanvre…), des champignons (reishi…), des ingrédients issus d’arbres ou de plantes (eau de bouleau, sève d’aloé vera…) ou encore des aliments traditionnels comme le thé vert, les graines germées, le kombucha1 ou la levure de bière. La caractéristique commune à tous ces aliments est d’être connue pour leurs effets bénéfiques et/ou leur consommation traditionnelle en tant qu’aliments fonctionnels. D’autre part, il s’agit généralement d’ingrédients bruts ou ayant subi une transformation minimale (séchage, fermentation…).


Du point de vue sociologique, la notion de superaliment recoupe 5 tendances alimentaires majeures :
La naturalité : des ingrédients peu transformés, issus de la nature, souvent issus de méthodes de cultures respectueuses de l’environnement et de l'être humain ;
Le végétal : issus de toute la sphère « non-animale » même si la gelée royale ou les poissons gras sont parfois considérés comme des superaliments ;
La santé : des attentes en matière de prévention des risques pour la santé et plus globalement du bien-être, grâce à des apports en vitamines, polyphénols, antioxydants… ;
L’exotisme : souvent issus de la tradition africaine (baobab, rooibos), asiatique (gingko biloba, kombucha), nord-américaine (klamath, cranberry) ou sud-américaine (maca, lucuma) ;
L’authenticité : à l’inverse, des aliments plus « locaux » avec également un historique fort comme le raisin, la myrtille, le chanvre, le lin ou encore l’argousier.

1Boisson fermentée et pétillante à base de thé et de sucre

Comment les consomme-t-on ?


Ces superaliments ne peuvent pas à eux seuls constituer une alimentation complète et équilibrée ; ils peuvent toutefois constituer des sources concentrées de certains nutriments très intéressants.
C’est le cas par exemple de la cranberry qui est un vecteur très intéressant de vitamine C ou des petits fruits noirs comme la myrtille, la mûre ou la prune qui sont riches en anthocyanes, des pigments antioxydants. Pour bénéficier de leurs bienfaits, ils peuvent être consommés sous forme de cure (c’est le cas de la sève de bouleau ou de la spiruline, notamment) ou par touche, natures en collation (baies séchées comme la mulberry) ou inclus dans d’autres produits alimentaires comme une barre de céréales ou une boisson santé.

Et les produits Kriss‑Laure ?

Kriss‑Laure a fait le choix de valoriser au maximum les ingrédients d’origine naturelle en tant que sources de vitamines, minéraux et antioxydants, parmi lesquels un certain nombre de superaliments. Ainsi, la vitamine C est apportée par un jus concentré d’acérola enrichi en vitamine C naturelle ; le calcium est quant à lui issu d’une algue naturellement riche, le lithothamne. Pour ce qui est des matières grasses, l’huile de pépin de raisin ajoutée dans vos produits Kriss‑Laure est une « superhuile » avec un profil lipidique intéressant et source de vitamine E.